L'homme pourra-t-il un jour conquérir l'univers ?

未能成功加载,请稍后再试
0/0

当有一日我们发展到能以光速在宇宙中航行,我们是否可以走出太阳系,称霸全宇宙呢?

21 Juillet 1969,

Neil Armstrong est le premier homme à fouler le sol de la Lune.

Il a fallu 3 jours à l'équipage d'Apollo 11 pour parcourir les 384 000km qui séparent la Terre de son satellite naturel.

À une vitesse de 100 Km/h, ce voyage prendrait plus de 160 jours, soit presque une demi année !

Pourtant, cette distance qui nous parait énorme ne représente qu'une infime fraction de l'Univers observable.

Mais imaginons un instant que la technologie se développe au point de nous permettre de coloniser la galaxie toute entière.

Dans ces conditions, pouvons nous espérer un jour faire partie d'une civilisation qui s'étendrait sur l'ensemble de l'Univers?

La Terre tourne autour du Soleil, l'étoile au centre de notre système solaire, situé à environ 150 millions de km.

L'objet le plus éloigné de la Terre jamais envoyé par l'Homme est la sonde Voyager 1, sortie du système solaire en 2012.

Elle se situe actuellement à une distance de 21 milliards de km et fonce à travers l'espace à une vitesse de 62000km/h.

Même à cette vitesse, Voyager mettrait plus de 80 000 ans pour atteindre l'étoile la plus proche du système solaire,

Proxima Centauri, pourtant éloignée de la Terre de seulement 4,22 années-lumière.

Contrairement à ce que son nom indique, l'année-lumière n'est pas une unité de temps.

Elle sert à mesurer la distance qui sépare des objets très éloignés les uns des autres, tels que des étoiles ou des galaxies.

Elle correspond à la distance que parcourt la lumière en une année, soit environ 10 000 milliards de km.

En une seule seconde, la lumière peut parcourir 7 fois le tour de la Terre à l'équateur.

En voyageant à cette vitesse, il faudrait 4,3 ans pour rejoindre Proxima Centauri, pourtant notre plus proche voisine.

Et l'Univers est beaucoup, beaucoup plus grand que cela.

Notre galaxie, la Voie Lactée, est une galaxie à spirale assez commune, de 100 000 années-lumière de diamètre.

Elle abriterait jusqu'à 400 milliards d'étoiles, et plus de 100 milliards de planètes à elle toute seule.

La Voie Lactée, avec la galaxie d'Andromède fait partie du Groupe Local, un groupement de plus de 60 galaxies étalé sur 10 millions d'années-lumière.

Si la galaxie est notre maison, le Groupe Local représente notre quartier.

Ce coin de l'Univers familier que nous connaissons bien.

Le Groupe Local n'est lui même qu'une minuscule partie dans une structure beaucoup plus vaste appelée le superamas de la Vierge, dont le diamètre atteint les 200 millions d'années-lumière.

Au delà s'étendent les limites de l'Univers observable.

Il serait composé plus de 2 milliards de galaxies, et plus d'étoiles plus que de grains de sable sur la Terre entière.

Le diamètre de l'Univers observable est de 93 milliards d'années-lumière, ce qui représente 880 milliards de milliards de km.

Imaginons que nous arrivons à maîtriser le voyage spatial à la vitesse de la lumière, dans un futur très très lointain.

Si nous réussissons à envoyer des expéditions aux coins les plus reculés de la galaxie, reste-t-il un obstacle à la conquête de l'univers?

Et bien il se trouve que oui.

Une limite infranchissable même, l'expansion de l'Univers nous empêchera de nous échapper du Groupe Local, et cette expansion semble s'accélérer.

Ce qui signifie qu'à terme, tous les objets qui ne sont pas liés par la gravité vont s'éloigner les uns des autres à une vitesse supérieure à celle de la lumière à cause de l'expansion de l'univers.

Si nous prenions une fusée aujourd'hui, direction le superamas le plus proche à la vitesse de la lumière, il est probable que nous ne l'atteignions jamais.

Une fois sortis du Groupe Local, les galaxies sembleraient nous fuir à une vitesse que nous ne pourrons jamais ni égaler ni dépasser.

Mais est-ce vraiment si grave?

Même si nous restons confinés à ce petit coin de l'univers que représente le Groupe Local, cela fait quand même plus d'un milliard et demi d'étoiles et probablement plusieurs milliards de planètes habitables.

Il est possible qu'une de ces planètes lointaines que nous n'avons pas encore détectée possède juste les conditions idéales pour abriter la vie.

La vie est peut être présente partout autour de nous, nous n'aurions juste pas les moyens de la détecter à l'heure actuelle.

Mais peut être sommes nous finalement totalement seuls dans la galaxie, la Terre étant une anomalie, un concours de circonstances cosmiques ayant permis l'apparition de la vie sur un petit caillou rempli d'eau.

Cette question divise les scientifiques, et aucune réponse claire ne peut être donnée pour l'instant.

Malgré toutes nos observations, l'Univers reste désespérément vide.

Pourtant, si l'apparition de la vie n'est pas un phénomène rare, la galaxie devrait grouiller de vaisseaux spatiaux et de civilisations Extra-terrestres.

Et d'après ce que nous pouvons voir, ce n'est pas le cas.