Il y a 40 ans, la création de l'Organisation internationale de la Francophonie

未能成功加载,请稍后再试
0/0

Le mot « francophonie » est inventé à la fin du XIXe siècle par le géographe français Onésime Reclus.

Comme nombre d'humanistes, il croit à une expansion coloniale civilisatrice et considère la langue comme le socle des empires.

Oubliée, l'expression renaît dans les années 60, cette fois-ci sous la plume d'intellectuels des anciennes colonies devenues indépendantes, qui militent pour la création d'une communauté francophone.

Selon le Sénégalais Senghor, il s'agissait d'édifier un Commonwealth à la française.

Mais la France est alors réticente.

À un système multilatéral, elle préfère l'établissement de relations bilatérales avec ses anciens territoires.

La francophonie s'organise donc d'abord de façon associative entre le Québec et l'Afrique, presque en marge de l'Hexagone.

En 1970, la proposition des chefs d'État africains et du Cambodgien Sihanouk conduit finalement à la création de l'Agence de la coopération culturelle et technique et à un premier sommet à Niamey, au Niger.

Il faudra attendre l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand, dix ans plus tard, pour que la francophonie institutionnelle se développe considérablement et devienne un outil de la diplomatie française.

À partir du milieu des années 80, des sommets rassemblent régulièrement la famille francophone et, en 1997, elle se dote d'une structure politique : l'Organisation internationale de la francophonie, avec un secrétaire général élevé à un quasi-rang de chef d'État.

下载全新《每日法语听力》客户端,查看完整内容